LE PROJET MEDBYCATCH (EN COURS)

PROJET « COMPRENDRE LES PRISES ACCIDENTELLES D’ESPÈCES VULNÉRABLES EN MÉDITERRANÉE ET TESTER LES MESURES D’ATTÉNUATION – UNE APPROCHE COLLABORATIVE »



  • CONTEXTE DU PROJET Ouvrir

    Le projet conjoint « Comprendre les prises accidentelles d’espèces vulnérables en Méditerranée et tester les mesures d’atténuation : une approche collaborative » (le projet MedBycatch) est un partenariat entre l’ACCOBAMS, la Commission Générale des Pêches pour la Méditerranée (CGPM) de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), le Centre d’Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP) du Programme des Nations Unies pour l’Environnement / Plan d’action pour la Méditerranée (PNUE/PAM), l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature – Centre de coopération pour la Méditerranée (UICN-Med), BirdLife International (BLI) et MEDASSET – Association méditerranéenne pour la sauvegarde des tortues marines.

    Financé par la Fondation MAVA sur une période de trois ans (2017-2020), le projet vise à combler les lacunes dans les connaissances concernant les prises accidentelles d’espèces vulnérables – élasmobranches, tortues de mer, mammifères marins, oiseaux de mer et invertébrés macrobenthiques – lors des opérations de pêche en Méditerranée, à soutenir l’expérimentation potentielle de mesures d’atténuation et, à terme, à fournir des éléments pour la formulation de stratégies nationales/régionales visant à réduire les prises accidentelles et à soutenir la durabilité des pêches.

    La mise en œuvre du projet implique des programmes d’observation sur le terrain (à bord, sur le site de débarquement et par auto-échantillonnage) pour différents engins de pêche (c’est-à-dire les chaluts de fond, les filets maillants et les palangres démersales), ainsi que la formation, la sensibilisation, et l’identification et l’expérimentation de techniques d’atténuation.

    Bien qu’il soit mis en œuvre dans trois pays méditerranéens (Maroc, Tunisie et Turquie), il permet également de développer des outils et de construire des connaissances applicables à l’ensemble de la zone de la Méditerranée et de la mer Noire.

    Dans ce contexte, une collecte de données harmonisée sur les captures accidentelles d’espèces vulnérables est conforme à une méthodologie régionale standard de collecte de données multitaxa, permettant une reproduction dans différentes zones, conduisant éventuellement à des solutions appropriées pour l’ensemble de la région.

    Télécharger le dépliant du projet

  • COORDINATION ET PARTENAIRES NATIONAUX Ouvrir

    Le Comité de Pilotage du Projet supervise la mise en œuvre du projet de manière appropriée et efficacement coordonnée, tandis que le Comité Scientifique du Projet fournit un retour d’information technique et des conseils scientifiques. Il est composé des partenaires du projet, des Points Focaux Nationaux, ainsi que d’un expert international par taxon (cétacés, invertébrés macrobenthiques, élasmobranches, oiseaux de mer, tortues de mer) et d’un expert international sur les aspects liés à la pêche (engins de pêche, notamment).

    Le projet est mis en œuvre au Maroc, en Tunisie et en Turquie. Dans ces pays, un Point Focal de projet a été officiellement désigné par la CGPM pour assurer la bonne coordination des activités au niveau national. L’ACCOBAMS, le CAR/ASP et MEDASSET ont été désignés pour assurer la coordination entre les différents partenaires nationaux et les partenaires du projet.

     

     

     

    Les partenaires nationaux qui mettent en œuvre le projet au niveau national sont :

    MAROC

    Point Focal: Sana EL ARRAF

     

    TUNISIE

    Points Focaux: Mohamed Mourad BEN AMOR et Mohamed Nejmeddine BRADAI

     

    TURQUIE

    Point Focal: Meltem OK

     

  • PROGRAMME DE SUIVI Ouvrir

    Etudes en mer

    Dans ces trois pays, le programme de surveillance de la pêche a débuté en mars-avril 2019 pour recueillir des données sur les captures accidentelles de taxa vulnérables (élasmobranches, tortues de mer, mammifères marins, oiseaux de mer et invertébrés macrobenthiques). Le programme de surveillance s’appuie sur des observations à bord et des questionnaires dans les ports. La méthodologie d’auto-déclaration est également testée dans un cadre de collaboration et les pêcheurs les plus intéressés sont identifiés. Le programme de surveillance peut être résumé comme suit :

    Les données recueillies sont rassemblées dans une base de données régionale gérée par la CGPM pour le projet. À la fin des études, les données seront analysées au niveau national et, dans la mesure du possible, au niveau régional afin de comparer les résultats entre les différents pays. L’analyse des données sera effectuée avec le soutien et les conseils des experts du Comité Scientifique du projet.

     

    Méthode de suivi

    Une réalisation importante du projet est l’élaboration d’un protocole de collecte de données standardisé. La méthodologie commune de collecte de données développée dans le cadre du projet vise à garantir un système de collecte de données et de suivi normalisé, cohérent et efficace dans les pays pour toutes les espèces vulnérables rencontrées en Méditerranée et en mer Noire. Cette méthodologie comprend des Lignes Directrices pour les observations à bord, des questionnaires sur les sites de débarquement et des activités d’auto-échantillonnage. Elle garantit des normes communes minimales pour la collecte de données sur les différentes espèces et permet la reproductibilité et les comparaisons entre les pêcheries de la région, offrant ainsi une base harmonisée de connaissances, d’informations et de preuves pour la prise de décision. Ce protocole et la méthodologie qui s’y rapporte ont été élaborés en conformité avec les instruments et les règlements existants au niveau de la CGPM (c’est-à-dire le cadre de référence pour la collecte de données et les recommandations contraignantes existantes) ainsi qu’avec d’autres instruments pertinents (par exemple le cadre de collecte de données de l’UE)).

     

    Formation des observateurs à bord

    Dans chaque pays, les partenaires nationaux ont identifié les observateurs devant faire partie des programmes de surveillance, en tenant compte de leur expérience en matière de programmes de surveillance des pêches et de leurs connaissances des espèces marines vulnérables. Des formations de cinq jours ont été organisées pour les observateurs en 2018 avec le soutien d’experts internationaux et nationaux. Les sessions ont porté sur les sujets suivants :

    • Présentation et utilisation de la méthodologie de collecte des données
    • Espèces vulnérables touchées par les captures accidentelles (identification des espèces, informations à recueillir en cas de capture accidentelle et directives sur la manière de manipuler et de relâcher les individus capturés accidentellement)
    • Caractérisation des engins/opérations de pêche et de leurs interactions avec les espèces vulnérables
    • Établir des relations avec les pêcheurs et assurer la sécurité à bord des navires de pêche

    Des sessions pratiques à bord des navires de pêche ont également été organisées afin que les observateurs puissent s’exercer à la collecte de données en conditions réelles.

  • COMMUNICATION ET SENSIBILISATION Ouvrir

    Campagnes de sensibilisation

    Plusieurs activités de sensibilisation sur les captures accidentelles d’espèces vulnérables sont par exemple mises en œuvre dans les trois pays :

    • Des expositions de photos sont (ou seront) organisées pour mettre en lumière la question des captures accidentelles
    • Des fiches d’information sont élaborées pour chaque pays, avec des informations sur les contextes juridiques et techniques liés à la gestion de la pêche, à la collecte de données sur les prises accessoires et à la conservation des espèces vulnérables
    • Des réunions/conférences/tables rondes spécifiques sont organisées au niveau national avec la participation des autorités compétentes pour sensibiliser les décideurs à la question des captures accidentelles

    Des activités visant à engager l’UE à promouvoir le projet et des produits spécifiques tels que le protocole et la base de données de la CGPM (par exemple, l’élaboration d’une note d’information sur le protocole) sont également menées.

  • PUBLICATIONS Ouvrir

    Conformément à l’un de ses principaux objectifs relatifs à l’amélioration des connaissances sur les impacts de la pêche sur l’écosystème marin et la biodiversité en général, les publications suivantes ont été publiées dans le cadre du projet Medbycatch :

    FAO. 2019. Monitoring the incidental catch of vulnerable species in Mediterranean and Black Sea fisheries: Methodology for data collection. FAO Fisheries and Aquaculture Technical Paper No. 640. Rome, FAO.

    Cette publication et la méthodologie qu’elle contient visent à fournir un cadre pour le développement et la mise en œuvre d’un système efficace et standardisé de collecte de données et de suivi pour toutes les espèces vulnérables rencontrées en Méditerranée et en mer Noire, à savoir les élasmobranches, les mammifères marins, les oiseaux de mer, les tortues de mer et les invertébrés macrobenthiques.

     

    Télécharger le PDF

    Otero, M., Serena F., Gerovasileiou, V., Barone, M., Bo, M., Arcos, J.M., Vulcano A., Xavier, J. (2019). Identification guide of vulnerable species incidentally caught in Mediterranean fisheries. IUCN, Malaga, Spain, 204 pages.

    Le guide avec les descriptions des espèces a été élaboré pour fournir aux observateurs à bord des navires de pêche et aux pêcheurs une aide à l’identification et des informations générales sur les espèces vulnérables potentiellement capturées comme prises accessoires. Chaque description d’espèce contient des photographies, des illustrations et des descriptions narratives pour mettre en évidence les structures et les caractéristiques anatomiques importantes d’une espèce particulière.

     

    Télécharger le PDF