Changement climatique

Les Parties à l’ACCOBAMS ont exprimé leur intérêt à évaluer l’impact du changement climatique sur les cétacés, en adoptant la Résolution 4.14 (novembre 2010, Monaco) indiquant que les actions nécessaires pour réduire les contributions anthropiques au changement climatique et à l’acidification marine doivent être prises.

La Convention sur les espèces migratrices (CMS) a organisé un atelier sur le changement climatique au Costa Rica du 9 au 11 avril 2014. D’autres organismes internationaux étudient également les impacts probables du changement climatique et nous notons que cela inclut la Convention de Berne qui a tenu un atelier d’experts sur le changement climatique en juin 2014 à Strasbourg. L’ACCOBAMS cherche à créer des synergies avec la CMS, la Convention de Berne et d’autres organisations internationales sur ce sujet.

Des études scientifiques récentes ont indiqué que les liens entre les changements prévus dans le milieu marin et leurs conséquences pour les cétacés sont mal connus. Le changement climatique peut affecter les mammifères marins directement, par exemple, par l’intermédiaire de changements dans leurs proies, ou indirectement, à travers des changements dans le comportement humain. L’atelier ACCOBAMS avait pour but de faciliter une meilleure compréhension de ces questions et d’identifier des moyens d’améliorer la compréhension et, finalement, la conservation.

L’atelier ACCOBAMS sur l’impact du changement climatique sur les cétacés de la Méditerranée et de la mer Noire s’est réuni à Monaco le 11 juin 2014. L’atelier était organisé par le Musée océanographique de Monaco et en partie sponsorisé par la “Humane Society International”. Dix-sept experts de huit pays de la région de l’ACCOBAMS et au-delà y ont participé, y compris des représentants d’un certain nombre d’organisations internationales et des membres du Comité Scientifique d’ACCOBAMS.

L’atelier a examiné les dernières déclarations du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), notant que le changement des écosystèmes a déjà été identifié dans la région. Les situations dans les bassins de la Méditerranée et de la mer Noire ont été examinées et l’atelier a reçu un certain nombre de rapports détaillés sur les recherches en cours dans la région et des enquêtes pertinentes menées ailleurs. En outre, les travaux proposés sur les changements climatiques sous les auspices de la Convention sur les espèces migratrices ont été examinés et l’atelier a exprimé son appréciation et son soutien pour ces plans.

La discussion a permis d’identifier la nécessité de créer de meilleures synergies entre divers efforts de recherche et organismes internationaux et d’identifier des lacunes de connaissances particulières, notamment un manque de connaissances de base sur les populations de cétacés, particulièrement prononcé dans certaines régions. L’importance du maintien des études à long terme et a été soulignée avec la valeur des cétacés en tant que sentinelles de la santé des écosystèmes et des indicateurs du changement climatique.

L’atelier a reconnu le changement climatique comme une menace profonde pour les cétacés de la région et a fait deux séries de recommandations, la première visant les décideurs et la seconde concernant les recherches futures.

 

Messages clés aux gouvernements et autres

  1. Alors que des lacunes subsistent dans nos connaissances, il existe des preuves que le changement climatique, en particulier en combinaison avec d’autres pressions, présente une menace profonde pour les cétacés dans la région de l’ACCOBAMS.
  2. Plus d’attention doit être accordée de manière générale aux effets du changement climatique dans le milieu marin, et la Méditerranée et la mer Noire sont globalement parmi les écosystèmes les plus susceptibles d’être rapidement affectés, conduisant à une perte de biodiversité supplémentaire.
  3. Les cétacés ont une valeur en tant que sentinelles des effets des changements climatiques sur l’écosystème et nous recommandons qu’ils soient pris en compte dans l’élaboration d’indicateurs de statut environnemental à utiliser en relation avec les initiatives internationales en cours.
  4. Alors que les enquêtes et les actions plus larges se poursuivent en relation avec le changement climatique, tous les efforts doivent être faits pour traiter tous les facteurs de stress ayant un impact négatif sur les cétacés afin d’aider à atténuer les effets du changement climatique.
  5. Des opportunités significatives existent actuellement pour développer des synergies positives dans le travail mené sur le changement climatique à travers un certain nombre d’AEM et nous encourageons le renforcement de la coopération et des actions.
  6. L’atelier soutient le projet de résolution du «Programme de travail sur les changements climatiques et les espèces migratrices» de la CMS et se félicite des possibilités de collaboration. Il invite la CMS et l’ACCOBAMS à se concerter étroitement pour identifier les activités conjointes et les synergies.
  7. L’augmentation des activités de renforcement des capacités et de sensibilisation du public est d’une grande importance, et nous notons l’importance des aires marines protégées à cet égard.
  8. En outre, nous préconisons les recommandations de recherche ci-dessous et encourageons leur financement continu.

 

Rapport Final “ACCOBAMS workshop on The Impact of Climate Change on Cetaceans of the Mediterranean and Black Seas

 

Lien vers le Groupe de Travail de la CMS sur le Changement Climatique