LE PROJET DEPREDATION (N COURS)

PROJET “VERS DES SOLUTIONS AUX INTERACTIONS ENTRE LA PÊCHE ET LES CÉTACÉS DANS LES EAUX MAROCAINES ET TUNISIENNES”



  • CONTEXTE DU PROJET Ouvrir

    Le projet “Vers des solutions aux interactions entre les pêcheries et les cétacés dans les eaux marocaines et tunisiennes” (le projet MAVA Déprédation) vise à réduire la déprédation par les grands dauphins (Tursiops truncatus) dans les pêcheries de petits pélagiques à la senne coulissante au Maroc et en Tunisie. Ce projet de deux ans (2018-2020) est financé par la Fondation MAVA.

    La coordination générale du projet est assurée par les Secrétariats de l’ACCOBAMS et de la CGPM, en collaboration avec le CAR/ASP pour les activités menées en Tunisie. Il est mis en œuvre dans des zones identifiées par les partenaires scientifiques nationaux, à savoir l’Institut National de Recherche Halieutique (INRH) du Maroc et l’Institut National Agronomique (INAT) et l’Institut National des Sciences et Technologies de la Mer (INSTM) de Tunisie.

    S’appuyant sur les actions pilotes concernant la déprédation des cétacés menées dans le cadre du projet 2015-2018 “Atténuer les interactions négatives entre les espèces marines menacées et les activités de pêche”, le projet MAVA Déprédation se concentre sur les priorités identifiées dans le cadre de l’action pilote marocaine “Interactions des dauphins avec les pêcheries de sardines à senne coulissante en Méditerranée marocaine” et de l’action pilote tunisienne “Interactions des dauphins et des oiseaux de mer avec les pêcheries de petits pélagiques à senne coulissante à Kélibia“. La poursuite de ces activités à travers le projet MAVA Déprédation vise à assurer un suivi technique des activités de surveillance et des expériences – la senne renforcée et les répulsifs acoustiques – et à améliorer, en parallèle, la compréhension du comportement des grands dauphins et de leurs interactions avec les pêcheries, ainsi qu’avec l’aquaculture dans le cas de la Tunisie.

    Les objectifs du Projet Déprédation sont les suivants :

    • obtenir une analyse détaillée de l’interaction entre les grands dauphins et la pêche/l’aquaculture ;
    • étudier la dynamique écologique et démographique des grands dauphins en relation avec les activités de pêche et d’aquaculture ;
    • tester des technologies d’atténuation, notamment par l’échange d’expériences avec des experts internationaux ;
    • sensibiliser les acteurs du secteur de la pêche à la conservation du milieu marin, de ses espèces et de ses habitats ;
    • évaluer la durabilité à long terme des pêcheries de petits pélagiques dans un contexte de réduction des stocks et de concurrence pour la ressource ;
    • diffuser des informations et du matériel pertinent, notamment sur les enseignements tirés
  • PARTENAIRES NATIONAUX Ouvrir

    TUNISIE
    Institut National des Sciences et Technologies de la Mer (INSTM)

    Coordinateur: Mourad CHERIF

    Institut National Agronomique  (INAT)

    Coordinateur: Rimel BENMESSAOUD

    MAROC
    Institut National de Recherche Halieutique (INRH)

    Coordinateur: Mohammed MALOULI IDRISSI

  • PRINCIPALES ACTIVITES Ouvrir

    Maroc

    Au Maroc, les activités visent à développer et à mettre en œuvre un programme de surveillance des cétacés dans les zones où les interactions entre les grands dauphins et la pêche à la senne coulissante sont les plus importantes, à savoir dans les régions de M’Diq et d’Al Hoceima. Un atelier de formation dédié à la photo-identification et aux relevés par transects linéaires sera organisé en 2021 pour former les équipes de l’INRH aux techniques d’étude en mer. Un nouveau type de filet renforcé sera testé sur des senneurs à senne coulissante et la déprédation et l’efficacité du filet seront évaluées et comparées à celles d’un filet “normal” à senne coulissante grâce à des observations à bord et des questionnaires au port.

     

    Tunisie

    En Tunisie, les activités visent à surveiller les interactions entre les grands dauphins et la pêche à la senne coulissante dans la zone de Kélibia grâce à des observations à bord et des questionnaires au port. L’efficacité de différents modèles de dispositifs de dissuasion acoustiques sera testée. Ces expériences seront menées dans une ferme piscicole où les grands dauphins interagissent avec les cages. Une surveillance acoustique passive permettra de contrôler les conditions expérimentales. Les mêmes modèles de pingers seront également testés pendant les opérations de pêche. Une visite sur le terrain avec les pêcheurs tunisiens est prévue au Maroc pour voir le filet renforcé de la senne coulissante et échanger des informations et des expériences avec les pêcheurs marocains touchés par la déprédation.

     

    Assistance Technique

    Des experts ont été recrutés pour apporter un soutien technique aux équipes marocaines et tunisiennes dans le développement et la mise en œuvre de leurs activités, notamment en ce qui concerne les technologies des engins de pêche, la surveillance acoustique sous-marine et la photo-identification/suivi des populations de cétacés. L’échange d’expériences entre les deux équipes sera également recherché, notamment par l’organisation d’activités transversales.